Syndicat d'Apiculture du Rhône et de la Région Lyonnaise

Chambre d'Agriculture - 18 rue des Monts d'Or - 69 890 La Tour de Salvagny


Rucher-de-Jacques-FRENEY-en-montagne

Jacques FRENEY, Apiculteur et Vice-Président du syndicat d’apiculture du Rhône, a constaté ces dernières années une hausse considérable des mortalités hivernales des colonies d’abeilles ayant butiné sur les arbres fruitiers des Monts du Lyonnais.

Les analyses révèlent la présence dans le pollen d’acétamipride, un puissant insecticide néonicotinoïde pulvérisé sur les arbres fruitiers avant et pendant la floraison. Il bénéficie de la mention "Abeilles".

Les résultats de cette étude réalisée sur 40 années de 1973 à 2013 ont été exposés lors de la conférence de presse organisée par l’UNAF à Paris le 11 février 2014.


Voici le texte de cette intervention

************************************************************************************

UNAF-2-mai-2014 UNAF-2-mai-2014-2

************************************************************************************

Manifestation apicole du 1er avril 2014 à Paris

Les-organisations-apicoles-représentatives

Environ 800 apiculteurs venus de toutes les régions de France, se sont rassemblés à Paris, Porte de Montreuil, et se sont rendus en cortège jusqu’au siège de FranceAgrimer, lieu de la réunion du « Comité stratégique apicole », pour dénoncer la forfaiture d’une poignée d’apiculteurs, prêts à vendre leurs âmes pour des indemnités illusoires. Ces « Messieurs » prétendent représenter l’apiculture française.

Après les prises de paroles des responsables des quatre organisations apicoles, le cortège s’est déplacé jusqu’ aux portes de FranceAgrimer .
Vue partielle du cortège

Lire la suite de l’article
************************************************************************************

M. François-Noël BUFFET, Sénateur-Maire d’Oullins (69) pose une question écrite au Ministre de l’Agriculture.

Interdiction des insecticides néonicotinoïdes
14 ème législature
Question écrite n° 10777 de M. François-Noël Buffet (Rhône - UMP)
publiée dans le JO Sénat du 06/03/2014 - page 577

M. François-Noël Buffet attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur les préoccupations du syndicat d’apiculture du Rhône, concernant les conséquences sur les abeilles de l’utilisation des insecticides « néonicotinoïdes ».
En effet, une étude menée par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) a démontré la présence en grande quantité de néonicotinoïdes sur les arbres fruitiers butinés par les abeilles, qui ont entraîné leur disparition en quelques mois.

L’apiculture n’est plus possible dès lors qu’un insecticide néonicotinoïde est utilisé avant ou pendant la floraison des arbres fruitiers. Pourtant, ces insecticides sont toujours largement utilisés dans les cultures à travers tout le territoire, et causent inévitablement le déclin des abeilles.

Malgré la décision de la Commission européenne du 24 mai 2013 de restreindre l’utilisation de ces insecticides, le syndicat d’apiculture du Rhône reste très inquiet, et souhaite une interdiction totale et à long terme de ces insecticides néonicotinoïdes.

Aussi, il lui demande quelles sont les mesures que le Gouvernement entend mettre en œuvre pour pallier cette situation qui entraîne inéluctablement le déclin des abeilles.

En attente de réponse du Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.



************************************************************************************

M. Pierre-Alain MUET, Député de la 2ème circonscription du Rhône (69) pose une question écrite au Ministre de l’Agriculture.

Produits dangereux, pesticides, utilisation, conséquences apiculture
14 ème législature
Question écrite n° 51799 de M. Pierre-Alain MUET, (Rhône - Socialiste, républicain et citoyen)
Question publiée au JO le 11/03/2014 page 2222

M. Pierre-Alain Muet attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt sur l’utilisation pour l’agriculture des produits phytopharmaceutiques appartenant à la famille des néonicotinoïdes et notamment le cas de l’acétamipride.

Si la Commission européenne a décidé, le 24 mai 2013, d’interdire l’usage des principales substances appartenant à cette famille (clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxam) parce qu’elles ont été reconnues « nocives pour les populations d’abeilles », il n’existe toutefois aucun encadrement concernant le recours à l’acétamipride (tout comme le thiaclopride d’ailleurs), en attendant que ce dernier reçoive une « réévaluation anticipée du risque potentiel pour les abeilles ».

Cette lacune permet à certains produits de bénéficier de la mention abeille, comme le suprême 20 SG, alors qu’une étude issue du CNRS tend pourtant à montrer que l’acétamipride est aussi dévastateur pour les abeilles que les autres néonicotinoïdes déjà proscrits.

Dans le Rhône, les apiculteurs constatent depuis plusieurs années que leurs colonies d’abeilles ne survivent pas lorsqu’elles ont butiné des arbres traités avec cet insecticide. C’est pourquoi il lui demande de bien vouloir lui indiquer sa position sur cette question et les mesures qu’il entend mettre en œuvre afin de garantir et d’améliorer la protection des abeilles.

************************************************************************************

ALERTE ROUGE POUR LES ABEILLES
27/02/2014

Amis apiculteurs,

Depuis plusieurs années, par nos rapprochements avec une coopérative fruitière, nous espérions sensibiliser la profession sur les méfaits des molécules utilisées avant et pendant la floraison.

Les arbres fruitiers commencent à fleurir dans notre département du Rhône. Depuis deux années, toutes les colonies qui ont butiné sur les arbres fruitiers traités à l’acétamipride végètent et disparaissent en quelques mois. Une grande partie des essaims créés au printemps n’existent déjà plus au moment de la mise en hivernage des ruches.

Nous avons effectué des prélèvements sur le pollen incriminé dans cette destruction de colonies et le Docteur Jean-Marc BONMATIN du CNRS a montré la présence de 2,3 ng/g d’acétamipride par gramme de pollen ce qui est énorme compte tenu de la puissance destructrice du produit.

Pratiquement aucune colonie n’a survécu à ce massacre par ces insecticides systémiques qui portent pourtant de très jolis noms : Suprême, Bambi, Equinoxe ...

L’apiculture n’est plus possible dès qu’un insecticide néonicotinoïde est utilisé avant ou pendant la floraison des abricotiers, pêchers, pruniers, pommiers, colzas ...

Et pourtant, le Suprême 20 SG à base d’acétamipride bénéficie de la mention abeille. Il est malheureusement pulvérisé en toute confiance sur de nombreuses cultures en fleurs.

Malgré les effets d’annonce, rien n’est fait réellement pour que cesse ce massacre.
Ce n’est pas la suppression partielle par l’Europe et pour deux ans de trois molécules (chlothianidine, imidaclopride et thiamétoxam) qui suffira à protéger nos abeilles.

Enlevez rapidement vos ruches des lieux où les abeilles ne sont pas respectées.
La pollinisation des cultures ne justifie pas que nos abeilles soient sacrifiées sur l’autel du profit.

Ouvert au dialogue avec les agriculteurs, nous attendons de vraies décisions politiques :

- Interdiction totale et durable de tous les insecticides néonicotinoïdes.

- Revoir l’attribution de la mention « Abeille » sur certains produits.

- Suppression de la DL 50 dans la procédure d’homologation des produits.

Syndicat d’Apiculture du Rhône

Cliquer sur l’icône ci-dessous pour télécharger ce message et l’envoyer à vos connaissances et à vos élus ; les abeilles ont besoin de vous.

PDF - 105.7 ko
Alerte rouge pour les abeilles

************************************************************************************

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UNAF et du SNA
Paris, le 17 Janvier 2014

LES APICULTEURS CLAQUENT LA PORTE DU CSA

Lors du dernier Comité Stratégique pour l’Apiculture du 17 décembre 2013, cinq organisations apicoles (Confédération Paysanne, Fédération Française des Apiculteurs Professionnels, Fédération Nationale des Organisations Sanitaires Apicoles Départementales, Union Nationale de l’Apiculture Française et Syndicat National de l’Apiculture) ont quitté la table de négociations.

Cette attitude responsable est une réaction face à l’incohérence des propositions du plan de développement durable de l’apiculture proposé par Mr Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt .. Les apiculteurs réclament qu’avant toute initiative visant à développer la filière apicole, l’Etat prenne la décision politique d’interdire l’utilisation des néonicotinoïdes et de tout mettre en oeuvre pour réduire l’utilisation et la toxicité des pesticides. Ils impactent en permanence les abeilles, les insectes, les oiseaux, l’air, l’eau, les poissons…et l’homme, bien entendu.

Curieusement, dans un communiqué de presse publié à l’issue de cette réunion du 17/12/13, FranceAgrimer annonçait que les professionnels avaient adopté la stratégie de la filière apicole à l’horizon 2025.

Nous dénonçons là, une tentative de passer en force, malgré les prises de position d’une grande majorité de la filière.

Aujourd’hui, les apiculteurs réaffirment majoritairement : qu’ils n’approuvent pas l’ordre des chantiers ouverts par le Comité Stratégique à l’Apiculture, qu’ils attendent une décision politique claire qui permette de stopper les mortalités continues de nos abeilles.

Les apiculteurs, membres de ces cinq organismes (Confédération Paysanne, FFAP, FNOSAD, UNAF et SNA) demandent au ministre de l’Agriculture, Mr Stéphane Le Foll, de les recevoir afin d’évoquer ensemble cette situation qui ne peut plus durer.

*************************************************************************************

18 décembre 2013

Dans un communiqué du 17 décembre 2013, l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) déclare que « deux insecticides néonicotinoïdes – l’acétamipride et l’imidaclopride – peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain ».

L’Union Nationale de l’Apiculture Française s’inquiète de ces conclusions qui démontrent une fois encore que les abeilles ne sont pas les seules victimes de ces molécules. Ces insecticides, mis sur le marché sans une évaluation appropriée, ont provoqué une hécatombe chez les insectes pollinisateurs et les apiculteurs demandent depuis les « années Gaucho » l’interdiction de ces produits.

*************************************************************************************

3 décembre 2013

Communiqué de l’UNAF

Le gouvernement choisit les pesticides au détriment des abeilles !

Lire le communiqué de presse de l’UNAF

*************************************************************************************

Les-pesticides-tuent-l\'abei

ENQUÊTE DE NOTRE SYNDICAT SUR LES MORTALITÉS DES COLONIES D’ABEILLES DANS LE DÉPARTEMENT DU RHÔNE

Intoxications d'abeilles - 14 mars 2008
41 % des colonies d’abeilles ont encore péri dans notre département du Rhône, pendant l’hiver 2012 – 2013.
Cela fait maintenant une quinzaine d’années que ce scandale perdure.

Mais ce chiffre global laisse apparaître de nombreuses disparités :

- La ville de Lyon n’est pas touchée par des mortalités ou des effondrements de colonies.

- Les zones de montagne ou de prairies naturelles n’ont pas enregistré de mortalité anormale.

- Les zones de culture enregistrent des situations variées :
Dans certains lieux, les colonies se sont effondrées depuis janvier, jusqu’au point de non-retour.
D’autres ruches sont faibles et seront en état de récolter quand les principales miellées seront terminées.

Certains apiculteurs ont tout perdu. D’autres n’ont rien remarqué d’anormal.

Le printemps maussade de cette année n’a sans doute pas amélioré la situation, en laissant les colonies prendre du retard. Mais de toutes manières, la dégradation s’est produite comme chaque année depuis une décennie, entre janvier et mars, c’est-à-dire à la reprise de l’élevage, avec la consommation d’un pollen souvent stocké depuis le printemps précédent.

Un point particulier peut être noté : c’est la situation en zone fruitière des Monts du Lyonnais.
Des ruchers entiers ont été anéantis à 100 %, d’autres sont dans un état déplorable.

Ce sont les ruches qui ont passé le printemps 2012 à proximité des plantations fruitières qui sont les plus touchées.

Tant que certains arboriculteurs utiliseront l’imidaclopride et ses petits-cousins (thiacloprid et acetamiprid), soit en clair par exemple Confidor, Calypso et Suprême ..., nos abeilles n’ont aucune chance de survivre.

Au Syndicat d’apiculture du Rhône, nous avons donné pour consigne de quitter ces lieux où l’on ne respecte pas les abeilles. 

Notre seul espoir est maintenant que l’on interdise en Europe cette famille d’assassins d’abeilles que sont les néonicotinoïdes.

Et nous qui pensions que les arboriculteurs avaient besoin des abeilles ...

*************************************************************************************

29 Avril 2013

C’est une bonne nouvelle pour l’apiculture et pour les pollinisateurs : aujourd’hui, suite au vote des Etats membres, la Commission européenne a annoncé qu’elle interdirait l’utilisation de l’imidaclopride, du thiaméthoxam et de la clothianidine pour le traitement de semences, de sols, et en pulvérisation, à compter du 1er décembre 2013. Cette interdiction concerne les plantes attractives pour les abeilles, et les céréales semées de janvier à juin. L’essentiel des céréales à pailles cultivées en France n’est donc malheureusement pas concerné.
Mais c’est toute de même un premier pas ! Vous lirez la réaction de l’UNAF ci-dessous.

Lire le communiqué de presse de l’UNAF

*************************************************************************************

ENFIN, QUAND MÊME ... ET CE N’EST PAS TROP TÔT !

L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a fait paraître le 16 janvier 2013, trois avis majeurs reconnaissant enfin l’impact de trois molécules néonicotinoïdes sur les abeilles (thiaméthoxam, imidaclopride et clothianidine).

Vous lirez la réaction et les demandes de l’UNAF dans le communiqué suivant :

Lire le communiqué de presse de l’UNAF

*************************************************************************************

Plan de développement durable de l’apiculture - octobre 2012

Il ne doit pas y avoir en France de territoire où les abeilles n’auraient pas le droit d’exister.
Le service de pollinisation qu’elles assurent est un bien commun entre les apiculteurs, les agriculteurs et la société tout entière."

Situation en décembre 2013 :
En 2013, toutes les décisions en cours d’application, ont pour but de faire taire les "vrais apiculteurs", pour faciliter les demandes de l’agro-industrie et de certains groupes amateurs de subventions.
Ce rapport est manifestement la suite du rapport "Saddier", et les abeilles et les apiculteurs disparaissent dans l’indifférence générale.
Ce n’est pas ce qui avait été promis. Nous nous en souviendrons ...

Cliquer sur l’îcone ci-dessous pour visualiser et télécharger le rapport de 31 pages établi par François Gerster (format pdf) :

PDF - 232.4 ko
Oct 2012 Plan durable apiculture

*************************************************************************************

Traitement par hélicoptère des maïs avec un produit à base de Deltaméthrine

Des milliers de ruches anéanties, la santé de nos concitoyens mise en péril, quelle que soit la pression des lobbies, plus jamais cela S.V.P.

Helicoptere Simandres (Rhône)

En 2010, la loi Grenelle II posait le principe de l’interdiction des épandages aériens, sous réserve de dérogations exceptionnelles. Deux ans plus tard, les préfectures délivrent encore de très nombreuses dérogations, si bien que sur certains territoires, l’exception devient la règle !

Lire le communiqué de presse de l’UNAF

*************************************************************************************

Les abeilles meurent en silence, dans l’indifférence générale. Des ruchers entiers viennent encore de disparaître cet hiver 2011-2012 dans notre département du Rhône.

Colonie-effondree,-reste-la Colonie effondrée cet hiver. Dans la ruche, il ne reste que la reine et une vingtaine d’abeilles.
Souvent en fin d’hivernage, nous retrouvons les ruches vides d’abeilles, mais bondées de provisions. Quelquefois une petite grappe de quelques centaines d’abeilles avec la reine, finit d’agoniser sur une partie de cadre vide, à quelques centimètres de la nourriture.

Pour leur survie, les abeilles ont impérativement besoin de fleurs, mais de fleurs sans pesticides. Tout le reste est secondaire et quelquefois manipulation.

Malgré les interventions et des demandes d’explications de nos élus, les gouvernements successifs continuent à sacrifier sciemment les abeilles, à la grande satisfaction des lobbies des pesticides.

Mais à propos, les groupuscules qui ont été désignés comme nos représentants ne bougent pas et laissent faire. Bizarre !!!


*************************************************************************************

Abeille intoxiquée : elle ne reviendra pas à la ruche.

Abeille intoxiquée : elle ne reviendra pas à la ruche ...

Traitements contre la chrysomèle du maïs, traitements contre la mouche du brou de la noix, traitements de la flavescence dorée de la vigne, traitements par enrobage des graines de semences avec des molécules de Thiamétoxam, Imidaclopride…, traitements des arbres fruitiers avant ou pendant floraison … :

Les abeilles ne reviennent pas à la ruche.

Il ne faut donc pas s’étonner de la disparition de nos colonies malgré toutes les campagnes de désinformation que nous subissons.

Les abeilles et les apiculteurs ne peuvent plus résister

80 % des ruchers du département du Rhône sont des ruchers sédentaires et ne peuvent pas être déplacés. Leur survie dépend maintenant uniquement des décisions départementales, régionales, nationales, et européennes qui ne vont que très rarement dans le sens de la protection de l’abeille.

Rares sont nos élus qui défendent réellement notre cause.

*************************************************************************************

Pour découvrir nos abeilles ...

Découvrir nos abeilles

Il était une fois ... une époque, où les abeilles n’étaient pas exterminées par les pesticides ...

*************************************************************************************



Derniers articles parus :

Les prochains rendez-vous de l’apiculture dans le Rhône - écrit le 29 juin 2014
Apiculteurs du Rhône : vous aimez les abeilles, alors venez nous encourager SVP ...

Mortalité hivernales des colonies d’abeilles de 1973 à 2014 - écrit le 29 mai 2014 par FRENEY Jacques
Dans les monts du Lyonnais, sur arbres fruitiers, les coupables sont identifiés.
Jacques FRENEY, Apiculteur et Vice-Président du syndicat d’apiculture du Rhône, à montré lors d’une conférence de presse organisée par l’UNAF à Paris le 11 février 2014, que l’apiculture n’est plus possible à proximité de certaines cultures fruitières, dès lors qu’un puissant néonicotinoïde, l’acétamipride est utilisé avant et pendant la floraison.

Programme des cours 2014 au Rucher École du Syndicat - écrit le 8 mai 2014 par Syndicat d’Apiculture du Rhône
VetAgro Sup, campus vétérinaire de Lyon, Marcy L’Etoile (69))
PROGRAMME DE FORMATION AU RUCHER- ECOLE 2013

Manifestation apicole du 1er avril 2014 à Paris - écrit le 3 avril 2014 par Syndicat d’Apiculture du Rhône
De quel développement de l’apiculture parle-t-on quand les abeilles continuent à mourir ?. On nous promet de développer l’apiculture pendant que de nouvelles autorisations pour des insecticides systémiques sont délivrées régulièrement sans se soucier du devenir des abeilles.

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SYNDICAT D’APICULTURE JANVIER 2014 - écrit le 5 février 2014 par BOUGRELLE Emmanuelle
Samedi 18 janvier 2014 à l’Ecole Nationale Vétérinaire VETAGRO’SUP de Marcy l’Etoile se sont tenues les Assemblées générales de la Coopérative des Apiculteurs du Rhône puis du Groupement de Défense Sanitaire Apicole du Rhône et enfin du Syndicat d’Apiculture du Rhône.

Le Conseil d’Administration du Syndicat d’Apiculture du Rhône - écrit le 5 février 2014
Le conseil d’administration du Syndicat en 2007

Liens avec des amis des abeilles - écrit le 7 janvier 2014
Liens avec des sites qui défendent les abeilles

Coopérative Apicole du Rhône : Tarifs 2014 - écrit le 4 janvier 2014 par Coopérative Apicole du Rhône
Coopérative Apicole du Rhône : Tarifs 2014

Réalisé par Cuperteam